ACTUALITES

Les nombreux experts (nationaux/internationaux) ainsi que les responsables de divers secteurs qui ont participé aux 9ès journées du Marketing touristique qui se sont déroulées à l’Hôtel el Aurassi les  24 et 25 janvier derniers, ont bien animé les échanges d’idées et de propositions qui ont finalement abouti à des recommandations tant attendues dans la perspective de  rehausser l’attractivité de la destination touristique d’excellence et ce, par des réformes structurelles et stratégiques.
Ainsi les participants à ces 9emes journées ont tous contribué à cerner tout les points négatifs pour ne pas dire les contraintes rencontrées par les professionnels afin d’améliorer la mise en place et l’accompagnement de la démarche de développement et promotion du tourisme déjà initiée par le secteur.
Des contraintes
Les acteurs de ces deux journées très instructives ont d’abord identifié les contraintes, résumées en sept points :
L’inadéquation entre les besoins du territoire et les études (technico-économiques) de marché, exigées au niveau du ministère pour l’obtention du dossier d’agrément relatifs aux projets de réalisation de structures d’hébergement ; le manque de main d’œuvre qualifiée (hôtels publics/ privés), notamment pour la maîtrise de nouvelles techniques marketings et de tarification dynamique ; l’inadéquation de la formation professionnelle (CFPA) avec la demande et besoin en matière de qualité des prestations et services, la
Faiblesse du chiffre d’affaires dans de nombreux hôtels avec la précision du manque de flexibilité des prix fixés à l’avance, notamment ceux de l’intérieur du pays ; les difficultés pour les agences de tourisme privées de recevoir des clients étrangers (problèmes de visa, lourdeurs dans le dispositif d’escorte et de sécurité,…) tout en notant les problématiques environnementales dont la saturation et fragilisation de certains sites touristiques naturels à cause du tourisme de masse ; le manque d’intégration systématique des énergies propres lors des opérations de construction ou de rénovation de l’hébergement touristique et enfin, la remarque faisait état de la faiblesse de l’image de la destination à l’étranger.
De l’amélioration de la promotion
Quatre axes ont été dégagés comme pistes d’améliorations à concrétiser et il s’agit de  »  Fédérer les acteurs publics et privés autour d’une stratégie de développement touristique raisonné avec la promotion de la complémentarité entre les secteurs et leurs différentes compétences. Il faut redynamiser la commission interministérielle (culture-tourisme) pour des produits culturels inédits à proposer aux touristes (nationaux / étrangers).
Dans le secteur lui-même, il y a lieu d’étudier la conformité du dossier d’agrément avec une véritable étude de marché reflétant le projet, être en mesure de prévoir le type d’investissement nécessaires pour les territoires. Il est évident aussi qu’une veille sur les marchés internes et externes est indispensable pour identifier des besoins des clientèles ciblées ; suivi d’indicateurs à l’échelle du territoire (fréquentations des structures d’hébergement, mesure de la satisfaction,…).
L’initiation des études-diagnostic sur des thématiques encore sous exploitées dont le  thermalisme.
Il y a aussi la mise à niveau du  « Plan qualité tourisme » en Algérie avec la réactualisation et la  classification hôtelière afin de l’adapter aux standards internationaux sans oublier bien sûr, la mise à jour du label « qualité tourisme » au sein de l’ensemble du secteur restauration-hôtellerie.
Du marketing touristique
Concernant les Ressources humaines, il est recommandé de programmer des formations continues et mises à niveau des savoirs pour l’actualisation des connaissances en marketing. Cela passerait notamment par l’initiation d’ un partenariat avec l’ENST et différents d’établissements de formation privés ; l’actualisation des programmes d’enseignement (modules sur le marketing digital, programmes d’hôtellerie virtuelle,…), la généralisation de la création d’une structure dédiée au marketing au sein des établissements et entreprises (EGT), capable d’initier des campagnes publicitaires et événements valorisant les spécificités de leurs territoires et leurs produits.
Et là, il faut nécessairement renforcer et moderniser les services marketing des structures hôtelières par le recrutement de jeunes diplômés en marketing), assurer les  moyens technologiques (TIC…) et les formations (notions de Yield management ou revenue management).
De plus, il y a lieu de développer et structurer le réseau des Offices locaux du tourisme sur l’ensemble du territoire, l’écotourisme sur les destinations à fort potentiel naturel et encourager l’investissement dans les maisons d’hôte, maisons d’artisanat… pour favoriser les échanges humains
Améliorer l’information 
Cela se passe donc par l’optimisation des  moyens de communication du secteur avec la participation active des partenariats hôtels-ATV (privé) lors des salons et foires internationaux.
L’apport des autres secteurs est tout aussi déterminant avec comme exemple les événementiels regroupant les acteurs liés au transport, à l’environnement, à la culture, ministère de l’Intérieur, sans oublier les représentations diplomatiques algériennes dans le monde à travers des vidéos promotionnelles  afin de combattre les stéréotypes liés à l’insécurité dans notre pays diffusés par certains médias étrangers et rétablir l’image de marque de l’Algérie.
Il est indispensable aussi de présenter une meilleure visibilité et attractivité des informations au sein de l’ensemble des hôtels (visites touristiques proposées aux clients).
Il faut aussi engager une campagne de communication offensive à diffuser aux niveaux national et international (ambassades et consulats) pour casser le stéréotype de l’image « dangereuse » de l’Algérie à l’étranger.
Ne pas oublier de lancer un grand concours de la photo « Smartphone » (avec les Htags) sur la thématique du plus beau cliché de la destination Algérie, faire appel aux « influenceurs », « snapchateurs », « youtubeurs », « instagrammers »…, utiliser l’application « Street Wiew » de Google . Mieux encore, il est recommandé également d’investir dans de courts spots promotionnels (1 à 2 mn) valorisant l’essentiel à visiter (avec musique traditionnelle de la région, commentaires multilingues…
Pour les agences de tourisme et de voyage
Les acteurs de ces journées ont également abordé le réseau des ATV pour l’inciter à vendre plus facilement les produits et services touristiques.
Et là, on demande à aider et  encourager les agences de voyage (déjà actives depuis des années) afin qu’elles se réorientent vers un tourisme interne et réceptif. On n’oublie pas la prise en charge par les autorités concernées des frais de l’escorte sécuritaire actuellement à la charge des agents de voyage et hôteliers.
Aussi faut-il développer les moyens de transport pour attirer plus de touristes en renforçant le programme aérien pour la desserte de certaines destinations telles Ghardaïa sans écarter également le développement du transport maritime ludique.
Ce sont-là donc les recommandations faites par les acteurs qui ont participé aux 9ès journées du Marketing touristique qui ont été clôturées  en présence du Chef de cabinet du MTA, organisées par RH. Internationale  communication  sous le parrainage du ministre du Tourisme et de l’Artisanat.
Plus de  160 cadres représentant  les secteurs du tourisme, des transports de la culture, des Douanes,  de l’hôtellerie, agences de communication, de marketing, de voyages, étudiants, experts nationaux et internationaux  avaient pris part aux travaux.
Il y a lieu de noter la présence du Crédit populaire algérien (CPA), seul établissement bancaire à avoir pris part à cette édition 2018. Ce qui montre que cet organisme est bien sensible et surtout valorise bien l’apport du  » marketing  » dans toute démarche pour la  » promotion  » non pas seulement du tourisme, mais de ses autres axes indispensables à savoir les banques…
Encore faut-il ne pas oublier que la question de l’investissement fait  partie des priorités du ministère du Tourisme et de l’Artisanat. Pourvu que ces recommandations soient vraiment prises en considérations et appliquées pour une fois afin de réussir à améliorer l’image de marque de la destination Algérie qui est censé impliquer tout citoyen algérien aussi bien dans le pays qu’à l’étranger pour ne pas dire surtout à l’étranger…
Saïd B.

Laisser un commentaire